Les personnes intelligentes plus susceptibles d’abuser des drogues

persoone inteligente drogueDepuis des milliers d’années, les humains ont toujours cherché à dépasser les limites des sens et à fuir la réalité par divers moyens : méditation, hypnose, prière, yoga, transe chamanique, musique… drogues. Les inconvénients de ces dernières sont si évidents que les personnes pourvues d’un niveau élevé d’intelligence sont censées être les premières, normalement, à s’en éloigner. La recherche suggère le contraire ! De nombreuses études ont confirmé le lien entre l’intelligence et la toxicomanie, cependant, le mécanisme de cette corrélation reste difficile à cerner. Pourquoi des personnes très intelligentes, censées mesurer mieux que quiconque la dangerosité des stupéfiants, s’adonneraient-elles une pratique aussi risquée ? Eléments de réponse…

Une relation étroite entre toxicomanie et créativité

Aucun mathématicien n’a jamais publié autant d’articles que Paul Erdos. Le mathématicien du XXe siècle a été brillant, excentrique et prolifique, publiant un record de 1525 publications scientifiques. À l’âge de quatre ans, Erdos pouvait calculer le nombre de secondes qu’une personne a vécu si on lui donnait son âge. Il travaillait 19 heures par jour et a contribué à de nombreuses disciplines mathématiques, y compris les mathématiques discrètes, théorie des probabilités, théorie de Ramsey, théorie des graphes, etc. Paul Erdos était notamment connu pour être accro aux amphétamines.

Lorsque Ronald Graham, un collègue et ami fidèle, a parié 500 dollars que le mathématicien n’arriverait pas à passer un mois sans consommer d’amphétamines, Erdos a accepté et a gagné le pari. Mais il a déclaré à son ami Graham que pendant ces 30 jours d’abstinence il n’a absolument rien fait. Il se levait le matin et regardait une page vierge. Il n’avait pas une seule idée, tout comme une personne ordinaire, voire pire. Erdos a recommencé à prendre des amphétamines et n’a jamais arrêté jusqu’à sa mort, 17 ans plus tard.

De Théophile Gautier à Charles Baudelaire, en passant par Alfred de Musset, Jean-Paul Sartre, Honoré de Balzac ou encore Arthur Rimbaud, de nombreux écrivains et poètes célèbres étaient dépendants de différentes substances : haschisch, absinthe, cocaïne, héroïne, etc.

De nombreuses études ont documenté la relation étrange entre l’intelligence et la toxicomanie qui devrait en toute logique être négative. Après tout, les drogues récréatives peuvent nuire à la santé, la dépendance coûte énormément d’argent et les conséquences peuvent être désastreuses à tous les plans. Pourtant le constat est autre, l’intelligence et l’abus de substances entretiennent une relation étroite : les personnes intelligentes sont plus susceptibles d’abuser de drogues que les personnes pourvues d’un niveau d’intelligence modeste.

Preuves d’un lien entre le renseignement et l’abus d’alcool et d’autres drogues

Une étude menée en 2011 auprès de 8 000 volontaires âgés entre 16 et 30 ans a montré que ceux ayant un QI plus élevé étaient plus susceptibles de consommer du cannabis, de la cocaïne, de l’ecstasy, des amphétamines ou une combinaison de ces drogues. Les femmes dont le QI se situait dans le tiers supérieur, par exemple, étaient deux fois plus susceptibles de consommer du cannabis et avaient 30% plus de chances de consommer de la cocaïne que celles dont le QI se situait dans le tiers inférieur. Les hommes ayant un QI élevé étaient presque deux fois plus susceptibles d’avoir pris des amphétamines et 65 % plus susceptibles d’avoir pris de l’ecstasy que les hommes ayant obtenu des résultats inférieurs.

La même relation existe pour la consommation d’alcool. Même en tenant compte de la religion, de la classe sociale, de l’éducation des parents et de la satisfaction à l’égard de la vie, l’intelligence s’est avérée le deuxième plus important facteur déterminant en matière de consommation d’alcool, le premier étant le sexe. Il est clair qu’il existe une relation directe entre la toxicomanie et l’intelligence, mais pourquoi ?

Plusieurs théories peuvent expliquer cette relation

Premièrement, il pourrait s’agir d’un effet secondaire des conditions qui donnent lieu à un QI élevé. Vous êtes plus susceptible d’avoir un QI élevé si vous grandissez dans un environnement socio-économique avantageux, car il y a moins de stress, un meilleur accès à l’éducation, de meilleurs soins de santé, une meilleure alimentation, entre autres facteurs favorisant le développement du cerveau et de l’intelligence. Ce genre d’environnement protège les individus contre les inconvénients de la consommation de drogues.

En revanche, les personnes qui grandissent dans des milieux socioéconomiques défavorisés n’ont pas les moyens de se payer de la drogue, des avocats hautement compétents ou tout autre financement nécessaire sans recourir à des activités malsaines qui les exposent encore davantage aux dangers de la consommation de drogue.

Malgré cela, une personne démunie et intelligente peut considérer que son expérience de la vie réelle ne corrobore pas le message des campagnes anti-drogues enseignées dans les écoles et, par conséquent, se sentir plus à l’aise avec les drogues récréatives. Cette théorie est appuyée par le fait que, parmi presque toutes les autres drogues, les personnes ayant un QI élevé sont moins susceptibles de fumer la cigarette. Les inconvénients du tabagisme sont si évidents qu’il est plus raisonnable pour une personne aisée et influente de l’éviter que, par exemple, le cannabis ou l’ecstasy.

De nombreux autres théories et hypothèses tentent d’expliquer pourquoi les personnes intelligentes recherchent de nouvelles expériences comme l’abus de substances. Il se peut simplement que ces personnes s’ennuient plus facilement que les personnes ordinaires et que l’usage de drogue soit le moyen le plus facile d’atténuer l’ennui, ou qu’elles trouvent plus d’utilité dans leur expérience de la drogue qui leur permet d’intégrer dans leur vision du monde les leçons tirées des états modifiés.

En fin de compte, la recherche n’a tout simplement pas trouvé une raison inébranlable pour laquelle l’intelligence et l’abus de substances sont étroitement liés. Notons enfin que les substances psychédéliques ont fait leur grand retour dans les psychothérapies. Par « micro doses », elles permettraient, selon certains professionnels, au cerveau d’atteindre un niveau supérieur de conscience.

Quoi qu’il en soit, les drogues et autres substances psychédéliques sont extrêmement néfastes pour la santé aussi bien mentale que physique. Si vous souhaitez mettre fin à votre toxicomanie et retrouver une vie saine et productive, n’hésitez pas à tester l’hypnothérapie. Elle pourra vous être d’une grande aide en augmentant vos chances de réussir la transition à une vie sans drogues ni autres substances addictives. Vous pouvez nous contacter à tout moment pour vous orienter vers l’hypnothérapeute qui vous convient.